Taille du texte:
Mis à jour le: Lundi, 19 Novembre 2018

Ministre iranien du Pétrole: les renonciations des États-Unis ne suffisent pas, il faut encore attendre

Contenu par: Voix de l'Amérique

TEHERAN -

Le ministre iranien du Pétrole a prédit jeudi que les consommateurs internationaux de pétrole prendraient des mesures pénibles alors que les sanctions américaines sont en vigueur, soulignant que les dérogations accordées par Washington à huit grands pays importateurs de pétrole ne suffisaient pas à la demande du marché.



Le ministre de la télévision, Bijan Zanganeh, cité par la télévision iranienne, a déclaré qu'il considérait les mois à venir comme "des mois douloureux pour les consommateurs de pétrole".

Zanganeh a affirmé que le gouvernement Trump avait peut-être pu "superficiellement" baisser les prix du carburant avant les élections américaines de mi-mandat de cette semaine, mais qu'il y aurait forcément une hausse des prix à l'avenir.

Les Etats-Unis ont ré-imposé lundi des sanctions bancaires et pétrolières contre l'Iran, levées dans le cadre de l'accord nucléaire 2015, mais ont accordé des dérogations à huit grands importateurs pour continuer à acheter des produits pétroliers iraniens sans pénalité pendant six mois.

Jeudi également, le représentant de l'Iran à l'OPEP, Hossein Kazempour Ardebili, a déclaré que la Russie et l'Arabie saoudite aidaient Trump en augmentant leur propre production afin de maintenir les prix du pétrole à un niveau bas. Trump a demandé à plusieurs reprises aux producteurs de pétrole de pomper davantage de brut afin de baisser les prix.

Le dernier train de sanctions américaines a de graves conséquences sur l'industrie pétrolière iranienne, principale source de revenus étrangers du pays. Téhéran craint que les pays de l'OPEP et les pays non-membres de l'OPEP tels que la Russie n'augmentent leur production pour combler les lacunes.

Mardi, le ministre du Pétrole, Zanganeh, a écrit une lettre au chef de l'OPEP, demandant à ce que l'on appelle le Comité mixte ministériel de suivi - composé de tous les pays de l'OPEP et des pays non membres de l'OPEP - certains membres du comité se rangeant «ouvertement» aux côtés du gouvernement. les États-Unis sur la question des sanctions sur l'Iran.

Le comité doit se réunir la semaine prochaine à Abou Dhabi, capitale des Émirats arabes unis, allié de l'Arabie saoudite, son rival régional.

CONNECTEZ AVEC NOUS

Abonnez-vous à notre infolettre