Taille du texte:
Mis à jour le: Lundi, 19 Novembre 2018

Maire: combats entre rebelles colombiens et 850 déplacés par un gang

Contenu par: Voix de l'Amérique

BOGOTA - COLOMBIE -

Les affrontements entre le groupe rebelle colombien de l'ELN et une bande criminelle pour le contrôle d'une zone de trafic de drogue dans l'est du pays ont déplacé des 850, y compris des enfants 400, a annoncé mardi un responsable local.

Les habitants ont fui les zones rurales de la municipalité de Hacari, dans la province de Norte de Santander, le long de la frontière avec le Venezuela.

Des déplacements massifs continuent de se produire régulièrement en Colombie, malgré un accord de paix conclu avec 2016 avec le plus grand groupe rebelle, les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).

L'Armée de libération nationale (ELN) et la bande, connue sous le nom de Los Pelusos, se battent dans la région depuis mars, a déclaré le maire de Hacari, Milciades Pinzon, à la radio locale Caracol, mais les combats se sont intensifiés au cours de la semaine écoulée.

"Les gens sont partis vendredi après avoir fui les récents combats opposant les deux groupes. Ils n'ont trouvé aucun autre moyen de sauver leur vie, à moins de venir dans la capitale municipale", a déclaré Pinzon.

La coca, l'ingrédient de base de la cocaïne, est cultivé dans la région et la frontière poreuse du pays avec le Venezuela est un corridor de contrebande de drogue bien connu.

Bien que des milliers de combattants des FARC aient été démobilisés l'année dernière et que le groupe soit devenu un parti politique, les zones lucratives de trafic de drogue et d'exploitation minière illégale abandonnées par le groupe sont devenues le centre de violents combats entre l'ELN, les gangs criminels et les dissidents des FARC qui ont refusé. déposer leurs armes.

Au cours du premier semestre de l'année, une moyenne de personnes par 98 par jour ont été déplacées par les combats, a déclaré le médiateur aux droits de l'homme.

Le président Ivan Duque, qui a pris ses fonctions en août, a promis de réprimer les trafiquants et les rebelles.

CONNECTEZ AVEC NOUS

Abonnez-vous à notre infolettre