Taille du texte:
Mis à jour le: Jeudi, 13 Décembre 2018

L'OMS s'attaque à la vente illicite de tabac

Contenu par: Voix de l'Amérique

GENÈVE -

Les parties à un nouveau traité mondial visant à lutter contre la vente illicite de produits du tabac ont pris les premières mesures pour réprimer ce commerce de plusieurs milliards de dollars. Lors d'une réunion de trois jours au siège de l'Organisation mondiale de la santé à Genève, ils ont exposé un plan visant à mettre fin au marché lucratif du tabac sur le marché noir.

Un traité mondial sur le tabac (Protocole pour éliminer le commerce illicite des produits du tabac) est entré en vigueur le 25 de septembre et les pays membres du 48 ont adhéré au nouveau protocole, qui fait partie de la convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac. Les deux tiers des parties ont promulgué ou renforcé leur législation nationale visant à lutter contre le commerce illicite des produits du tabac.

Les parties présentes à la réunion ont mis en place un groupe de travail chargé de créer un système de surveillance permettant de suivre et de retracer le mouvement des produits du tabac. Ils espèrent que ce système mondial de partage d’informations sera opérationnel par 2023.

Vera da Costa e Silva, responsable du secrétariat de la CCLAT, indique que le commerce illicite représente une cigarette 10 consommée. Elle dit que ces cigarettes sont bon marché et plus abordables pour les jeunes et les populations vulnérables. Elle dit que cela entraîne une consommation accrue du produit toxique par ces groupes.

Elle a expliqué à VOA que le marché noir du tabac se développait à la fois dans les pays riches et les pays pauvres, mais que le problème était bien plus grave dans les pays en développement.

«Dans les rues des pays en développement, vous pouvez voir partout dans le monde des ventes de commerce illicite de produits du tabac. Ils sont ouvertement sur leurs marchés [...]. En ce qui concerne la distribution, cela est lié aux ventes de rue, au piratage également à travers les frontières et même aux ventes aux mineurs. C'est un réel problème de commerce illicite de produits du tabac », a-t-elle déclaré.

Da Costa e Silva a déclaré que ce commerce illégal florissant sapait les politiques de lutte antitabac et la santé publique. Elle a ajouté que cela alimentait également le crime organisé et augmentait les profits du tabac grâce à l'évasion fiscale, entraînant des pertes substantielles dans les revenus des gouvernements.

Selon elle, des études montrent que les gouvernements perdent chaque année plus d'un milliard de dollars en taxes du trafic illégal de produits du tabac.

L'Organisation mondiale de la santé signale que sept millions de personnes meurent prématurément chaque année de causes liées au tabac.

CONNECTEZ AVEC NOUS

Abonnez-vous à notre infolettre