Taille du texte:
Mis à jour le: Mardi, 23 Octobre 2018
Problèmes de développement

Les emplois dans l'économie verte vont «plus que compenser» les pertes dans l'industrie traditionnelle par 2030 - agence pour l'emploi des Nations Unies

L'Organisation internationale du travail (OIT) fait l’annonce lors du lancement de son rapport phare annuel sur l'état du marché du travail mondial.

Selon ses prévisions, 24 millions de nouveaux messages "seront créés à l’échelle mondiale par 2030", à condition que "les bonnes politiques pour promouvoir une économie plus verte" soient également en place, ainsi que de meilleurs filets de sécurité sociale pour les travailleurs.

Le rapport de l’OIT prédit que la transition vers une économie verte entraînera également la perte de six millions d’emplois dans des secteurs fortement tributaires de la production de carbone.

La Directrice générale adjointe de l’OIT, Deborah Greenfield, a insisté sur le fait que l’économie verte "peut permettre à des millions d’autres personnes de surmonter la pauvreté et d’améliorer leurs moyens de subsistance pour les générations actuelles et futures".

Mais elle a averti que les emplois "dépendent également fortement d'un environnement sain", ce qui est menacé par la hausse des températures mondiales qui, selon l'OIT, entraînera une perte globale de deux pour cent des heures travaillées par 2030.

Selon l’OIT, «la plupart des secteurs» de l’économie bénéficieront de l’analyse de 163, mais 14 subira plus de pertes que 10,000 dans le monde.

Deux secteurs, à savoir l'extraction et le raffinage du pétrole, devraient subir des pertes d'emplois d'un million ou plus.

En ligne avec l'historique Accord de Paris Sur l'accord de décembre sur le changement climatique, 2015, les États membres des Nations Unies se sont engagés à faire face au changement climatique destructeur, en maintenant les températures au-dessous de deux degrés Celsius, au-dessus des niveaux préindustriels.

Selon le rapport du BIT, cela devrait permettre de créer de nouveaux emplois dans le secteur de l’énergie durable grâce à l’évolution des politiques publiques et au développement du secteur privé, allant de la promotion des voitures électriques aux bâtiments économes en énergie.

Il indique que les gagnants régionaux des investissements dans la consommation et la production d'énergie seront l'Asie et le Pacifique, avec la création de 14 millions, les Amériques (trois millions) et l'Europe (deux millions).

En revanche, une croissance négative de l'emploi est prévue au Moyen-Orient (moins 0.48 pour cent) et en Afrique (moins 0.04 pour cent) si la dépendance de ces régions se poursuit, respectivement, pour les combustibles fossiles et les mines.

Catherine Saget, auteur principal du rapport, a souligné la nécessité d’aider les pays à revenu faible et intermédiaire à compenser les pertes potentielles d’emploi «à court terme» dans les pays qui tentent de faire la transition vers des économies écologiquement durables.

Le dialogue social entre employeurs, travailleurs et États membres est également crucial, selon Mme Saget, ajoutant que dans certaines situations, il a joué un "rôle clé dans la conciliation des objectifs sociaux et économiques avec les préoccupations environnementales".

Selon le rapport de l’OIT, les mesures susceptibles d’aider les travailleurs comprennent des transferts monétaires, une meilleure assurance sociale et même des limites à l’utilisation de combustibles fossiles ». émissions de gaz".

Parmi les autres conclusions du rapport, citons l'appel lancé aux gouvernements pour qu'ils prennent des mesures urgentes afin de former leurs effectifs afin qu'ils disposent des compétences nécessaires pour assurer la transition vers une économie plus verte.

CONNECTEZ AVEC NOUS

Abonnez-vous à notre infolettre