Taille du texte:
Mis à jour le: Dimanche, 16 Décembre 2018

Le chef de l'ONU salue la résolution du désaccord de 27 depuis un an sur le changement de nom de l'ancienne République yougoslave de Macédoine

Après l'annonce par les deux pays que le nouveau nom envisagé est la République de Macédoine du Nord, l'ONU Secrétaire général António Guterres Il a déclaré dans un communiqué publié par son porte-parole qu'il félicitait les parties "pour leur détermination à mettre fin à ce différend de longue date, dans une démonstration de leadership dans la région au sens large et au-delà.

"

"Il félicite tous ceux qui ont participé de manière constructive aux efforts qui ont abouti à cet accord", a déclaré le porte-parole Stéphane Dujarric, et a rendu hommage à son Envoyé personnel, Matthew Nimetz, qui incarne les valeurs de persévérance, patience et diplomatie. depuis de nombreuses années."

M. Nimitz a également félicité les parties "pour parvenir à une conclusion réussie aux pourparlers et pour résoudre la différence entre eux ".

Depuis que l'ARYM a déclaré son indépendance vis-à-vis de la Yougoslavie dans 1991, la Grèce a refusé de reconnaître son nom choisi par la Constitution, Macédoine, insistant sur le fait que seule la région grecque du nord du même nom devrait s'appeler Macédoine. La Grèce a fait valoir que l'utilisation de ce nom par l'ancienne République yougoslave était un défi à la souveraineté grecque.

Les négociations pour résoudre le conflit de noms ont commencé dans 1993 et depuis 1999, ont été menées à l'ONU, par M. Nimetz.

"Je ne doute pas que cet accord mènera à une période de renforcement des relations entre les deux pays voisins et surtout entre leurs peuples", a-t-il déclaré.

"Cela a été un honneur d'avoir un rôle de facilitateur entre les deux parties et je veux rendre hommage au Secrétaire général pour son soutien indéfectible et son profond intérêt, ainsi qu'à d'autres collègues des Nations Unies pour leur précieuse contribution au processus" , il ajouta.

Le chef de l'ONU a déclaré qu'il était maintenant temps que «tous les citoyens des deux pays se réunissent pour faire avancer le processus».

Il a réitéré l'engagement continu de l'ONU à prouver tout le soutien nécessaire, à la fois par l'implication de M. Nimetz et "à travers les agences, fonds et programmes des Nations Unies concernés".

M. Guterres a également déclaré qu'il était convaincu que la résolution de la question du nom aurait "des répercussions positives" en Europe et espérait que d'autres conflits de longue durée "pourraient être inspirés par ce développement pour travailler à des règlements négociés sans plus tarder".

CONNECTEZ AVEC NOUS

Abonnez-vous à notre infolettre