Taille du texte:
Mis à jour le: Mardi, 23 Octobre 2018
Problèmes de développement

Agissez maintenant pour mettre fin à la violence, Zeid exhorte les autorités nicaraguayennes

Notant dans un déclaration "Environ 250, dont beaucoup de jeunes", avaient été tués depuis la mi-avril dans des manifestations contre le gouvernement du président Daniel Ortega, Zeid Ra'ad Al Hussein a souligné un "climat d'intimidation et d'insécurité" dans les rues.

Des milliers de personnes ont également été blessées dans les violences et des policiers de 12 ont également été tués, selon des sources officielles, a indiqué le Haut Commissaire.

Bien que «l’usage excessif de la force» par les policiers contre les manifestants ait diminué, la violence des «éléments favorables au gouvernement a continué de s’aggraver», at-il insisté.

Les personnes ciblées sont les communautés qui ont érigé des barricades ou des barrages routiers, avec des «signes de répression sélective» contre les manifestants et leurs familles, les défenseurs des droits humains et les membres de l’église.

J'exhorte maintenant les autorités à prendre des mesures concrètes pour reconnaître la gravité de la situation- Haut Commissaire Zeid

Plus de 700 auraient également été arrêtés arbitrairement et certains auraient été soumis à des mauvais traitements, tandis que des cas de disparitions auraient également été signalés, selon la déclaration de Zeid.

Dans un climat de «peur généralisée», le responsable de l’ONU a exhorté l’État à «reconnaître la gravité de la situation» et à adopter «des mesures appropriées pour protéger la population et prévenir de nouveaux décès».

Les commentaires du Haut Commissaire font suite à une visite au Nicaragua d'une équipe du Bureau des droits de l'homme des Nations Unies, HCDH, de 26 en juin à 3 en juillet.

Leur mission était de surveiller les droits de l’homme et d’appuyer les travaux d’une commission d’État chargée de désarmer les «éléments favorables au Gouvernement» et d’encourager le démantèlement des barricades.

"Bien que je remercie le gouvernement nicaraguayen d'avoir invité le Bureau des droits de l'homme des Nations Unies dans le pays, j'exhorte maintenant les autorités à prendre des mesures concrètes pour reconnaître la gravité de la situation", a déclaré Zeid.

En outre, Zeid a appelé à des «mesures significatives» pour lutter contre l’impunité et garantir la justice pour les victimes, notant que la «violence et la répression» au Nicaragua étaient le résultat de «l’érosion systématique des droits de l’homme au fil des ans».

«J'appelle le gouvernement à cesser la violence de l'État et à démanteler les éléments armés pro-gouvernementaux qui sont de plus en plus responsables de la répression et des attaques», a-t-il déclaré. «Ceux qui ont incité ou permis à de tels éléments armés d’agir doivent également être tenus responsables».

Après avoir exhorté les autorités à préserver tout «élément de preuve» susceptible d’être utilisé dans de futures enquêtes, le Haut Commissaire a indiqué que son bureau resterait au Nicaragua et coordonnerait ses activités avec la Commission interaméricaine des droits de l’homme.

CONNECTEZ AVEC NOUS

Abonnez-vous à notre infolettre