Taille du texte:
Mis à jour le: Lundi, 24 Septembre 2018

Les retours humanitaires volontaires de la Libye se poursuivent alors que les efforts de réintégration progressent

Contenu par: www.iom.int

Bruxelles, Genève, Tripoli, Dakar - L'OIM, l'agence des Nations Unies pour les migrations, a annoncé aujourd'hui (13 / 03) qu'elle a aidé les migrants 10,171 à rentrer chez eux en toute sécurité depuis la Libye avec le soutien de l'Union européenne et de L'intensification du retour volontaire humanitaire (VHR) du pays a débuté le 28 en novembre de l'année dernière.

Un autre migrant 5,200 est revenu avec le soutien des Etats membres de l'Union africaine au cours de la même période. Certains migrants 23,302 sont rentrés dans le programme VHR de l'OIM depuis janvier 2017.

"Nous continuons d'aider les migrants à l'intérieur des centres de détention libyens, tout en intensifiant les efforts pour atteindre les migrants bloqués en dehors de la détention", a déclaré Othman Belbeisi, chef de mission de l'OIM en Libye.

"Depuis l'expansion de notre opération VHR, le nombre de migrants dans les centres de détention officiels est passé d'environ 20,000 en octobre 2017 à 4,000 aujourd'hui, soit cinq fois moins. L'OIM en Libye travaille également avec les autorités pour enregistrer les migrants, fournir une assistance vitale sous forme de soins de santé et d'articles d'aide essentiels, un soutien psychosocial, améliorer les services consulaires et promouvoir la stabilisation communautaire », a déclaré Belbeisi.

Près de la moitié des retours humanitaires volontaires effectués par l'OIM en Libye s'inscrivent dans le cadre d'une initiative plus large de l'UE et de l'OIM visant à protéger et assister les migrants non seulement en Libye mais aussi dans les pays 26. Cela inclut un soutien crucial à la réintégration des rapatriés dans les pays d'origine.

Lancée en décembre 2016 et financée par l'Allemagne et l'Italie via le Fonds fiduciaire d'urgence de l'Union européenne pour l'Afrique (EUTF), l'Initiative conjointe UE-OIM sur la protection et la réintégration des migrants est active en Libye et dans les pays d'Afrique du Nord, du Sahel et du lac Région du Tchad et de la Corne de l'Afrique.

Avec ses partenaires, l'OIM a intensifié ses activités dans les pays d'origine pour faire face à l'augmentation des retours de Libye et assurer aux migrants de retour une assistance appropriée à leur arrivée ainsi qu'un soutien à long terme pour s'adapter à la vie et se rétablir. leurs communautés. L'assistance à la réintégration est également disponible dans le cadre du programme pour les personnes aidées à revenir des États membres de l'Union européenne.

Le Directeur régional de l'OIM pour l'UE, Eugenio Ambrosi, a déclaré que les énormes besoins de protection et l'ampleur des retours au cours des derniers mois dans le cadre de l'opération VHR ont dépassé la planification initiale et posé des défis supplémentaires aux pays d'origine. Il a averti que le processus de réintégration est complexe et nécessite du temps.

"Nous entreprenons une approche complètement nouvelle de la réintégration et nous y croyons. Il faudra du temps pour construire, et en coopération avec les autorités des pays d'origine et les communautés locales, nous voyons déjà des développements prometteurs ", a déclaré M. Ambrosi.

«L'Initiative conjointe, en partenariat avec les gouvernements des pays d'origine et de l'Union africaine, vise à assurer la sécurité du processus de migration et à permettre aux migrants de retourner dans leur pays d'origine en toute sécurité et de le sentiment qu'ils constituent un fardeau pour leurs communautés et leurs familles », a déclaré Richard Danziger, Directeur régional de l'OIM pour l'Afrique de l'Ouest.

Il a toutefois averti que de nombreux rapatriés de Libye sont traumatisés après avoir subi des abus indescriptibles, et que leurs besoins médicaux et psychosociaux immédiats ont donc pris la priorité.

La nouvelle approche intégrée de la réintégration combine le soutien aux migrants de retour et leurs communautés d'origine. Il vise à atténuer les tensions possibles chez les rapatriés en impliquant les communautés locales dans le processus de réintégration et en les sensibilisant à la stigmatisation potentielle du retour. Pour cette raison, le renforcement des capacités, le renforcement des systèmes, les aspects sociaux, psychosociaux et communautaires sont intégrés dans le programme.

Le suivi et l'évaluation des activités de réintégration font également partie de l'approche du programme pour mesurer l'impact et identifier les bonnes pratiques sur lesquelles s'appuyer.

 

Dans le cadre des activités de l'Initiative conjointe à partir de mai 2017, les migrants 23,500 ont reçu une assistance immédiate après l'arrivée et l'accueil après être rentrés volontairement de Libye et d'autres pays.

Environ les migrants 16,000 ont bénéficié d'un soutien général en matière de réintégration, comme des consultations et des séances de conseil, avec des options pour des formations et des salons de l'emploi.

Plus de personnes 5,000 ont reçu un soutien supplémentaire de réintégration, y compris l'aide pour les individus à créer une petite entreprise avec des groupes de rapatriés ou en partenariat avec leur communauté. Leurs projets peuvent être des projets participatifs et communautaires, ainsi que des initiatives collectives et individuelles.

 

L'OIM estime que cette approche innovante peut également compléter le développement local, en particulier dans la manière dont elle est conçue pour répondre aux priorités socio-économiques identifiées par les autorités locales, les migrants et leurs communautés.

"Les initiatives que nous entreprenons avec l'UE et nos partenaires africains représentent un nouveau chapitre dans la coopération en matière de migration. C'est la première fois qu'un financement important est investi pour soutenir les priorités et la capacité des pays partenaires à gérer le retour et la réintégration et à faire de la migration elle-même un processus plus sûr et mieux informé », a déclaré M. Ambrosi.

 

"Je n'ai pas honte de rentrer chez moi, les gens peuvent parler et dire ce qu'ils veulent, je suis de retour dans mon pays et j'ai trouvé un emploi", a déclaré Gaspard, qui avait quitté la Côte d'Ivoire à la recherche d'un emploi. Après avoir vécu une expérience terrible en Libye, il a décidé de rentrer chez lui avec l'aide de l'OIM à travers le programme d'initiatives conjointes. ici .

 

Renseignements généraux

Alors que le programme VHR n'est pas nouveau et que l'OIM aide les migrants à revenir depuis 2006, la mise à l'échelle a été lancée en novembre 28th, 2017 lorsque l'Union africaine, l'Union européenne et les Nations Unies se sont réunis au Sommet UA-UE à Abidjan répondre aux cas d'esclavage et d'abus de migrants en Libye.

Un groupe de travail tripartite UA-UE-ONU a été créé dans le but de sauver et protéger les vies des migrants et des réfugiés le long des routes et en particulier en Libye, et d'accélérer les retours volontaires assistés dans les pays d'origine et la réinstallation ceux qui ont besoin d'une protection internationale pour une période de six mois (en terminant 30 le 8 mai 2018).

L’objectif immédiat du Groupe d’étude était le rapatriement volontaire, dans les six semaines, d’au moins 15,000 migrants identifiés dans les centres de détention contrôlés par le Gouvernement par l’intermédiaire du Fonds d’affectation spéciale de l’Union européenne. Les travaux conjoints du groupe de travail ont permis de résoudre un certain nombre de problèmes liés à l’évacuation des migrants, notamment la délivrance en temps voulu de visas de sortie, l’octroi de droits d’arrivée aux compagnies aériennes non libyennes et la fourniture de documents / services consulaires aux migrants. revenir.

Le fonds fiduciaire de l'UE soutient l'initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants afin de faciliter une gestion des migrations ordonnée, sûre, régulière et responsable grâce au développement de politiques et de processus fondés sur les droits, le développement et le retour.

Pour plus d'informations, veuillez contacter Olivia Headon à Genève, Tel: + 41 794 035 365, Email: Cette adresse e-mail est protégée du spam. Vous devez activer Javascript pour la voir.; Ryan Schroeder à Bruxelles Tel: 32 2 287 7116, Email: Cette adresse e-mail est protégée du spam. Vous devez activer Javascript pour la voir.; ou Florence Kim à Dakar, Tel: + 221 78 620 6213, Email:Cette adresse e-mail est protégée du spam. Vous devez activer Javascript pour la voir.

CONNECTEZ AVEC NOUS

Abonnez-vous à notre infolettre