Taille du texte:
Mis à jour le: Dimanche, 23 Septembre 2018

Grandi visite les écoles de réfugiés Rohingya

Contenu par: Sud-Sud Nouvelles

11 July 2018, New York, États-Unis d'Amérique | Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés Filippo Grandi a visité le Bangladesh la semaine dernière pour souligner la nécessité d'une planification à plus long terme et d'investissements dans des secteurs essentiels comme la santé et l'éducation pour aider près d'un million de réfugiés Rohingya dans le pays.

Un exercice de chorale aide ces enfants à apprendre des leçons de base.

Ce sont des réfugiés Rohingya, et pour la plupart d'entre eux, c'est la première salle de classe qu'ils connaissent.

Vingt-neuf des enfants 40 ici, âgés de 6 à 11, ne sont jamais allés à l'école au Myanmar.

Ce n'est que maintenant, en exil au Bangladesh, que cela change. Cent vingt centres d'apprentissage soutenus par l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) ont été mis en place dans la colonie de Kutupalong, où vivent les réfugiés 700,000.

Les élèves apprennent les mathématiques, l'anglais et le birman, la langue officielle du Myanmar, se préparant à ce moment-là où ils pourront peut-être rentrer à la maison.

Mais ce retour au pays n'est peut-être pas pour bientôt - ce qui signifie que la scolarisation, et bien d'autres ici, doit être considérée non pas comme un arrêt, mais comme quelque chose de plus durable.

Grandi a dit que ce qu'il a vu dans les camps était vraiment juste des écoles ad hoc sans programmes appropriés. Donc, si nous ne structurons pas correctement, d'une manière qui est standardisée et offre un programme approprié à tous les enfants, primaires et secondaires, vous risquez vraiment de perdre beaucoup de temps sur une génération de enfants. "

Grandi a visité les camps de réfugiés de Cox's Bazar en compagnie du secrétaire général de l'ONU, António Guterres, et du président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, pour une visite de deux jours au Bangladesh. Le voyage a attiré l'attention sur l'engagement de la Banque mondiale la semaine dernière de près d'un demi-milliard de dollars en subventions pour le Bangladesh à cette fin. La délégation de haut niveau, qui comprenait également la Directrice exécutive du Fonds des Nations Unies pour la population, Natalia Kanem, s'est concentrée sur des projets liés à la santé, à l'éducation et à l'infrastructure afin de souligner la nécessité de solutions durables.

M. Grandi a déclaré: "La Banque mondiale a déjà alloué une somme de 480 millions de dollars au Bangladesh pour améliorer les conditions de vie dans les camps, mais aussi dans les communautés locales, et intensifier l'aide de manière purement humanitaire et quotidienne, à moyen terme et développemental. "

Une autre priorité de ces fonds est la santé. Les centres gérés par les agences des Nations Unies et les ONG fournissent des services médicaux de première ligne aux femmes, aux hommes et aux enfants.

L'infrastructure figure également en tête de l'agenda de l'ONU et de la Banque mondiale: mettre l'assainissement, les travaux routiers et les abris durables sur une liste de priorités déjà bien remplie.

Mais c'est toujours une situation d'urgence. Avec les pluies de mousson qui s'abattent sur les colonies Rohingya, causant des glissements de terrain et des inondations, des mesures urgentes sont encore nécessaires.

Le HCR a déclaré que le plan d'aide humanitaire de 950 millions de dollars pour les Rohingyas est gravement sous-financé.

Les Rohingya sont une minorité musulmane apatride qui a enduré des décennies de répression et d'exclusion sociale au Myanmar. Les conditions actuelles au Myanmar ne permettent pas un retour sûr et digne des réfugiés. Le HCR et le PNUD ont récemment convenu avec le gouvernement du Myanmar de commencer à créer ces conditions et à préserver le droit des réfugiés Rohingya de revenir s'ils décident de le faire. L'ONU ne soutient le retour des réfugiés que lorsqu'il est volontaire et lorsque les conditions sont réunies pour une vie durable.

CONNECTEZ AVEC NOUS

Abonnez-vous à notre infolettre