Taille du texte:
Mis à jour le: Samedi, 23 Mars 2019

Des emplois industriels en danger pour sauver le climat

Contenu par: Inter Press Service

STOCKHOLM, Mar 5 2019 (IPS) - La solution des syndicats pour un monde plus vert consiste à créer de nouveaux emplois assortis de bonnes conditions de travail. Les critiques soutiennent qu'il n'y a pas assez de temps. «Nous pouvons protéger les emplois industriels dans le nord ou sauver le climat», a déclaré le politologue Tadzio Müller.

Les politiciens, les entreprises et les syndicats sont tous d'accord: il n'y a pas d'emplois sur une planète morte. Mais la route vers moins d'émissions est pleine d'opinions.

Alors que la quantité de CO2 dans l'atmosphère devrait atteindre des niveaux record cette année, les travaux en vue d'une «transition juste» se poursuivent. L’objectif est de protéger les intérêts des travailleurs lorsque les pays et les employeurs s’adonnent à des méthodes de travail plus respectueuses du climat.

«C'est extrêmement urgent et je suis inquiet. Mais si les employeurs, les gouvernements et les grands intérêts financiers avaient été plus intéressés par la carbonisation il y a deux décennies, nous aurions été dans une excellente position », déclare Samantha Smith.

Qu'est-ce que la «transition juste»? Le terme a ses origines dans les 1980, mais il a fallu attendre 2013 pour que l’Organisation des Nations Unies, l’OIT, mette son pied au fond et crée des directives pour «une transition juste vers des économies et des sociétés durables sur le plan de l’environnement». L’accord de Paris de 2015 inclut également des mentions de «transition juste». Aux termes de l'accord de Paris, les gouvernements s'engagent à veiller à ce que les travailleurs continuent à bénéficier de conditions équitables pendant l'adaptation au climat. La Confédération syndicale internationale (CSI) a créé le Centre de transition juste à 2016 afin d’attirer davantage l’attention sur le sujet. *** Ce sont les plus grands émetteurs de carbone 25 au monde. Selon un article du quotidien suédois Dagens Industri, ces entreprises ont produit un cinquième des émissions mondiales de carbone. 1. Charbon Inde 2. PJSC Gazprom 3. Exxon Mobil Corporation 4. Cummins Inc. 5. Thyssenkrupp AG 6. Rosneft OAO 7. Royal Dutch Shell 8. China Petroleum & Chemical Corporation 9. Chine Shenhua Energy 10. Rio Tinto 11. Petrochina Company Limited 12. BHP Billiton 13. Petróleo Brasileiro SA - Petrobras 14. Korea Electric Power Corp 15. BP 16. Total 17. Valero Energy Corporation 18. Chevron Corporation 19. Toyota Motor Corporation 20. Wistron Corp 21. United Technologies Corporation 22. Peabody Energy Corporation 23. YTL Corp 24. Phillips 66 25. Volkswagen AG
Elle est la directrice du Just Transition Center, créé il y a trois ans par la Confédération syndicale internationale (CSI), pour rassembler les syndicats, les organisations, les entreprises et les pays dans un dialogue social.

La conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, COP 24, s'est tenue en décembre 2018 à Katowice, en Pologne, et la «transition juste» figurait en bonne place à l'ordre du jour. Les États de 53, dont la Suède, ont signé la «Déclaration de la Silésie sur la transition juste et la transition équitable», selon laquelle les pays doivent prendre en compte les perspectives des travailleurs tout en adoptant des politiques respectueuses de l'environnement.

En Suède, entre autres, la Confédération des syndicats suédois, LO, et Sida, l’Agence suédoise de développement international, traitent régulièrement de ces questions. Sida a récemment fait un don de 1,5 d'un million d'euros à l'organisation Bankwatch, afin de soutenir la transition vers une Europe de l'Est sans charbon.

Samantha Smith souligne que tous les secteurs dans tous les pays seront touchés afin d'atteindre l'objectif du réchauffement planétaire en degrés 1,5.

«Nous voulions commencer par les pays riches, car ils ont la richesse et la capacité. Dans certains pays pauvres, vous rencontrez plusieurs problèmes en même temps. L'un d'entre eux est la reconnaissance des droits fondamentaux du travail, qui sont également des droits humains. ”

Tadzio Müller, politologue et conseiller principal en matière de justice climatique pour la fondation de gauche Rosa Luxembourg, partage cet avis. Lui, en revanche, est encore plus radical.

"Si la Suède, l'Allemagne et la Grande-Bretagne veulent faire leur part pour sauver le climat, ils doivent fermer leurs anciennes infrastructures industrielles au cours des prochaines années 10-15 afin que le reste du monde puisse encore émettre certaines émissions de carbone."

Tadzio Müller critique le mouvement syndical. Le concept de «transition juste» a été utilisé pour la première fois par les militants syndicaux américains dans les 1980.

«Nous devons être honnêtes, c’est au moins en partie ce sont les mêmes syndicats industriels qui ont appelé à une transition juste qui luttaient contre une politique climatique ambitieuse et des politiques visant à préserver les emplois», a-t-il déclaré. Il cite en exemple les syndicats miniers allemands.

Tadzio Müller souligne qu'il n'est nullement intéressé à limiter les intérêts des travailleurs.

«Je suis absolument en faveur de donner aux travailleurs toutes les protections sociales que nous pouvons gérer. Je dirais même qu'un revenu universel garanti serait un excellent moyen de transition dans les régions à industrie lourde, comme l’Allemagne de l’Ouest ou le nord de la France. Je ne m'oppose pas à une transition juste, mais au fait que la fonction de transition juste a été de ralentir une action climatique ambitieuse. "

Samantha Smith du Just Transition Center déclare à ses critiques:

"Tu propose quoi? Surtout dans une démocratie, comme par exemple l'Allemagne. Comment allez-vous fermer les mines de charbon si le gouvernement local et tous les gens qui travaillent dans les mines ne l'acceptent pas? ”

Elle fait remarquer qu'il vaut mieux faire quelque chose que rien. "Et il est préférable de faire quelque chose qui soutiendra la justice sociale et renforcera le mouvement syndical et la démocratie pour réduire les émissions."

Traduction: Cecilia Uder

***

JUST TRANSITION - PAYS ET FAITS

Canada

Le gouvernement a décidé de supprimer progressivement le charbon en tant que source d'énergie grâce à 2030 tout en investissant dans le gaz naturel. Cela fait partie du «Cadre pancanadien pour une croissance propre et le changement climatique».

Catherine McKenna, ministre de l'Environnement et du Changement climatique, a annoncé la création d'un groupe de travail composé de représentants des syndicats, des conseils et des entreprises travaillant ensemble pour rendre la transition du charbon au gaz naturel aussi équitable que possible pour les travailleurs du secteur. Le président du Congrès du travail du Canada a été chargé du projet.

Espagne

À 2016, le gouvernement a lancé un plan d’une valeur de près de 2 milliards d’euros pour aider à la fermeture des mines de charbon 26. Les mines ont été fermées à la fin de 2018 et environ des travailleurs de 2,000 ont été touchés. Le plan de transition prévoyait des retraites anticipées pour les travailleurs de plus de 48 et des études dans les industries vertes pour les autres.

Les syndicats espagnols ont célébré l'accord mais un groupe de travailleurs de 800, employés par des sous-traitants de l'industrie minière, n'a pas été inclus dans la transition. Ils ont formé le réseau «Plataforma de Santa Bárbara» et se sont rassemblés pour protester contre leur abandon par les syndicats et les partis politiques.

Kenya

Le système de transport dans la capitale du Kenya, Nairobi, est excessivement chaotique et génère chaque année d'énormes quantités de pollution. Pour y remédier, le gouvernement du Kenya a entamé la transition vers un nouveau système appelé «Bus Rapid Transit», avec des bus moins nombreux mais plus grands.

Cela signifie moins d'emplois. Les syndicats kényans travaillent donc maintenant de concert avec l'ITF, la Fédération internationale des ouvriers du transport, pour assurer une transition équitable qui offre de nouveaux emplois «verts» aux travailleurs.

ÉTATS-UNIS

Une transition massive est en cours dans l'État de New York, avec 1,5 milliards de projets d'euros qui comprennent des investissements dans les énergies renouvelables. Le Gouverneur Andrew Cuomo a lancé l'initiative «Initiative pour des carrières pour un climat propre» dans 2017, dans le but de créer de nouveaux emplois respectueux du climat pour 40,000 par 2020.

Les emplois seront dans de grands projets d'énergie renouvelable, y compris éolienne et solaire. Des sommes importantes sont investies pour réorienter le personnel afin de créer une main-d'œuvre plus respectueuse du climat.

Cette histoire a été publié par Arbetet mondial

CONNECTEZ AVEC NOUS

Abonnez-vous à notre infolettre