Taille du texte:
Mis à jour le: Dimanche, 23 Septembre 2018

Gardez l'eau hors de la portée des enfants

Contenu par: Inter Press Service

Behailu Shiferaw est spécialiste des communications pour WaterAid dans la région Afrique de l'Est.

KIGALI, Rwanda, juillet 10 2018 (IPS) - Pour beaucoup d'entre nous, «tenez-vous hors de la portée des enfants» est une expression que nous voyons imprimée sur les étiquettes des médicaments et des produits chimiques.

Pour les mères du secteur de Rweru au Rwanda, c'est un principe quotidien de vivre.

«Une fois que nous aurions recueilli l'eau, nous ne la laisserions pas n'importe où jusqu'à ce qu'elle soit bouillie et potable. Nous le mettons toujours à une hauteur que les plus jeunes ne peuvent atteindre. Nous avions peur qu'ils puissent le boire accidentellement », m'a dit Mukakibibi Priscile, âgé de 10 ans.

Dans le village, les mères comme Mukakibibi ne pouvaient pas se permettre d'être complaisantes. Une erreur pourrait avoir de graves conséquences. Il y a quelques années à peine, la voisine et amie proche de Mukakibibi, Zebuliya, a perdu son enfant de trois ans atteint de diarrhée, de forte fièvre et de vomissements, qui, selon le médecin, sont directement liés à la consommation d'eau insalubre.

Trois ans plus tard, le village est transformé maintenant que ses habitants 6,000 ont accès à de l'eau propre à proximité de leurs maisons. La collaboration de WaterAid Rwanda avec DfID a permis de creuser deux nouveaux forages dans une zone avec un potentiel d'eau souterraine avéré. Ces deux forages donnent un rendement combiné de 3.4 litres par seconde, ce qui est suffisant pour un si petit village.

Une pompe à énergie solaire qui nécessite peu d'entretien et n'a aucun coût de fonctionnement pour les communautés pompe l'eau dans deux réservoirs de 40,000 litres, qui sont ensuite utilisés pour alimenter en eau le village, l'école et le centre de santé. Les ménages ruraux accèdent à l'eau à travers cinq kiosques à eau, dont l'un est tombé juste devant la maison de Mukakibibi.

Mukakibibi ne pouvait pas être plus heureux; Au lieu de marcher pendant une heure et demie pour avoir de l'eau sale dans le lac, elle n'a plus besoin que de quelques minutes pour aller chercher de l'eau propre pour cuisiner, boire ou se laver. Elle n'a plus besoin de cacher l'eau à son petit-fils.

Le centre de santé de Nzangwa dans le village a également subi une transformation; le chef du centre, Ndamyuwera Edison, m'a dit qu'il n'avait entendu parler d'aucun enfant mort de maladies hydriques pendant deux ans, puisque les villageois ont accès à de l'eau potable.

En plus d'un approvisionnement constant en eau propre, le centre de santé dispose également d'un nouveau brûleur de déchets, d'une fosse placenta et d'une chambre d'élimination des déchets médicaux. La clinique dispose également d'un bloc de douches et de toilettes complètement remanié et fonctionnel.

Ndamyuwera a expliqué qu'avant que le centre de santé ait un approvisionnement en eau propre, les concierges étaient si occupés à aller chercher de l'eau qu'aucune des salles d'accouchement n'était nettoyée entre les naissances, au grand risque des mères et de leurs bébés.

Quand j'ai rencontré un des concierges, Eric, dans 2016, il était à peine à faire le ménage. Au lieu de cela, il transportait constamment de l'eau dans des jerrycans sur son vélo délabré. Une fois, je l'ai suivi sur une de ses pistes d'eau; Quand nous sommes descendus au lac - après une bonne 30 ou 35-minute à vélo sur un chemin de terre en zigzag - il est descendu de la bicyclette, a déballé les jerrycans, a enlevé ses dormeurs, a plié les jambes de son pantalon et entra directement. Il ne trempa pas ses orteils en premier.

Quand je l'ai revu, après que WaterAid ait apporté de l'eau dans le centre de santé, j'ai trouvé Eric en blouse bleue, en bottes de caoutchouc et en gants de sécurité. Il est un concierge à plein temps maintenant.

D'un côté de sa chambre, dans sa maison, se trouve un de ses vieux jerrycans - couverts et embellis dans un sac d'engrais. Au milieu est un trou sur lequel montre un haut-parleur connecté à son poste de radio. Eric a rampé sur son lit pour connecter deux fils fins, et la musique a rempli la pièce. Maintenant, c'est la transformation - je pensais.

À travers le monde, 844 millions de personnes n'ont toujours pas accès à de l'eau potable, et 1 chez 3 vit toujours sans installations sanitaires adéquates. Rien qu'au Rwanda, 43% des personnes vivent sans accès à l'eau, tandis que 38% des personnes n'ont pas de toilettes décentes. Chaque année, les enfants 900 sous 5 meurent de diarrhée.

Les dirigeants mondiaux se sont réunis au siège des Nations Unies à New York pour le Forum politique de haut niveau (XLPNU), 9 Juillet-18 Juillet, afin de passer en revue les progrès réalisés en matière de développement durable 6 (SDG 6). l'eau et l'assainissement à tout le monde, partout.

En ce qui concerne les progrès en cours, le Rwanda est sur le point d'avoir un accès universel à l'eau potable par 2082 et de donner à tous l'accès à des toilettes décentes par 2047.

Pour réaliser la transformation que le village de Mukakibibi a connue à travers tout le Rwanda, les efforts en matière de santé et de nutrition doivent être intégrés à l'action sur l'eau et l'assainissement. L'objectif global 6 sur l'eau, l'assainissement et l'hygiène pour tous sous-tend la progression vers l'objectif mondial visant à mettre fin à la malnutrition et à assurer la santé pour tous.

CONNECTEZ AVEC NOUS

Abonnez-vous à notre infolettre